samedi 21 juin 2014

Quelques insectes des Pyrénées

 J'ai récemment fait 2 acquisitions :
- Un nouvel appareil photo, rien d'extraordinaire puisqu'il s'agit d'un compact, mais tout de même doté d'un bon mode "macro" (mise au point à une distance de 3cm). Pour être précis il s'agit de l'Olympus SZ-16
-  Un guide entomologique, à vrai dire le meilleur guide pour débuter, et il n'y a pas que moi qui le dit... On l’appelle couramment le "Chinery" édité depuis 1988 pour la version français le titre exact est "Insectes de France et d'Europe occidentale" - ISBN-10: 2081288230.

Et voici les premiers résultats que je suis fier de partager avec vous:
Oreina cacaliae. Un coléoptère de la famille des chrysomelidés (qui contient tout de même 30 000 espèces)... En apparence assez proche des coccinelles avec un corps bien bombé mais d’aspect plus allongé, la principale différence est le nombre d'article des tarses la dernière partie de la pattes composés de segments articulés (4 visibles ici contre 3 pour les coccinelles).

Callimorpha dominula, la belle larve d'un beau paillon: l'écaille rouge que j'espère bien prendre en photo rapidement ! La difficulté des lépidoptères c'est que les ouvrages sont souvent moins riches en illustrations pour les chenilles. En l’occurrence le Chinery de montre qu'un dessin de l'adulte.

Carabus auratus, ou carabe doré parfois aussi appelé jardinière. Ce carabe réalise une digestion externe et aspire les tissu corporels liquéfiés pour se nourrir... Dommage pour le bloc de roche au premier plan, mais la bête est rapide !
Cincidela campestris, ou cincidèle champètre bien identifiable à ces tâches blanchâtres sur les élytres et aux couleures métalliques du dessus du corps (un beau vert) et des pattes (cuivrées). Un insecte relativement véloce qu'il m'a fallu poursuivre quelque temps avant de pouvoir en obtenir une photo potable.

Iberodorcadion fuliginator... un peu flou au niveau des antennes, il s'agit d'un capricorne (ou longicorne). Photo prise début mai dans les pelouses d'altitude à proximité du pic de Teulère. Cet insecte est un peu plus rare et ne figure pas dans le Chinery.

Pterostichus nigritus, un joli coléoptère typique de la famille des carabidés. J'avoue ne pas être certain de l'identification à 100%... il s'agit peut-être de P. madidus.


Scatophaga stercoraria (la célèbre "mouche à merde") qui contrairement à ce que laisse présager son nom de se nourrit pas d'excréments mais d'autres insectes présents dans les excréments... On reconnait cette mouche à sa forte pilosité  jaune roussâtre. (Ok...ce ne sont pas des poils mais des soies mais il s'agit tout de même de pilosité)

Spialia sertorius sur une Orchis mâle (Orchis mascula). Photo prise début mai dans les pelouses d'altitude à proximité du pic de Teulère. (Ne figure pas dans le Chinery - pour les fans de papillons mieux vaut un guide entièrement dédié à ce groupe.)
Scaeva pyrastri se nourrit du nectar d'une immortelle d’Italie (Helichrysum italicum). Une mouche sympathique avec un vol stationnaire très rapide, mieux vaut attendre qu'elle se pose pour prendre tenter de prendre la photo.
Pour ma part je trouve ces premiers clichés assez gratifiants, de quoi renouer avec l'entomologie que j'ai délaissé depuis trop longtemps. Un petit passe-temps que je vous invite à essayer et si vous ne savez pas comment commencer voici quelques pistes complémentaires à l'achat d'un guide "papier":
- Vous pouvez partager vos petites découvertes et demander des identifications grâce aux réseaux sociaux (merci le Web...). On peut par exemple citer le groupe "Entomologie France" sur facebook.
- Pour les Béarnais vous pouvez rejoindre ou contacter le groupe entomologique des Pyrénées occidentales (GEPO).


[Retour à l'accueil]

vendredi 13 décembre 2013

Qu'est-ce qu'une cellule ? (Rediffusion Kidiscience)

Pour ceux qui l'aurait raté voici une petite rediffusion de la BD "Qu'est-ce qu'une cellule ?" que j'avais réalisé pour Kidiscience au printemps 2013 (l'original est ici). 

Au passage je précise que Kidiscience est un site de vulgarisation pour les enfants ou plus généralement les jeunes, et je pense même que beaucoup d'adulte aiment lire les articles de Kidiscience... 
Si vous  avez des enfants dans votre entourage, sachez qu'ils peuvent poser directement leurs question à toute l'équipe et l'un de nous se fera un plaisir d'y répondre la façon la plus adapté possible !

Pour cette BD je remercie les auteurs talentueux de Strip science qui ont été mis à contribution pour la création des personnages (ici Stef de Stef comics).

CEllule kidiscience, Au départ le mot « cellule », désigne une petite pièce souvent carrée dans la laquelle dorment les moines, ou les prisonniers (comme les Daltons)… Et généralement il n’y a pas grand-chose à l’intérieur. Alors quand Robert Hooke observe ces petites formes carrées dans un morceau de bois il leur donne le nom de « cellule »

vendredi 8 novembre 2013

Oktober-fest of science !

Quoi il n'y a eu qu'un article en octobre ? Quelle déception ...

Certes, je comprend la tristesse qui vous afflige chers lecteurs, mais cette fois j'ai une bonne excuse. Car en octobre il y a eu les vacances, mais aussi la fête de la science, une sorte "d'oktoberfest" mais où la science remplace la bière. Le thème de l'année était "infiniment grand - infiniment petit" un thème de physiciens, mais qui ne m'a pas empêché de m'exprimer avec beaucoup de plaisir!


Café des sciences (IRL)
Pour commencer, j'ai parlé devant des vraies personnes venues de leur plein gré, dans un haut lieu de la science et de la bière : un bar, en l’occurrence "l'entropie" à Pau. Le titre de la soirée: "Être très grand ou très petit: un problème de taille en biologie". Dans 3ans si j'ai écoulé toutes mes idées d'articles je proposerai peut-être un billet sur ce thème ! En attendant vous n'aviez qu'à être là !


lundi 14 octobre 2013

Peut-on mourir en buvant trop d’eau ?

Parmi les supplices documentés dans l’histoire torturée des tortures, il en est un classique et néanmoins surprenant, celui de la torture par l’eau. Pour l’inquisiteur moyen c’est la base, le genre de chose qu’on apprend en première année d’école anti-sorcier. Il y a ça, l’arrachage d’ongles et de dents, et les fers chauffés à blanc… et si le suspect souffre c’est qu’il est coupable ! S’il ne souffre pas c’est encore plus suspect ! L’avantage c’est que ça ne tue pas, enfin on va en reparler.

Qui ne s’est pas senti bizarrement ballonné après avoir avalé d’une traite une quantité proche du litre d’eau par une chaude journée d’été… Mais si vous savez chez mamie ! Après avoir couru comme un fou dans le jardin, cet immense verre de grenadine qu’il fallait tenir à deux mains et que l’on vide sans reprendre son souffle. On le vide, et glou et glou, on le repose, on passe son bras sur sa bouche et on s’exclame "Encore!" Voilà, pour moi c’est ce qui se rapproche le plus de la torture par l’eau.
(Ne vous inquiétez pas je vais parler de science maintenant)

vendredi 27 septembre 2013

Elimine 99,9% des bactéries !


L’autre jour en allant aux petits coins pour soulager un besoin naturel, j’ai jeté un œil au produit d’entretien situé à proximité du trône : du canard WC, ou autre substitut du genre. Sur l’étiquette figure l’inscription suivante : « Elimine 99,9% dans bactéries* » - L’astérisque renvoie à la mention suivante : « sur la partie émergée de la cuvette ». Que recouvre ce chiffre de 99,9% ? Est-ce une vraie information sur un "atout" de ce produit, ou plutôt un banal argument marketing, sans plus d’importance que son parfum lavande ?



jeudi 5 septembre 2013

5 anecdotes sur la vie amoureuse des mollusques.

Les mollusques : Ils sont mous. Ils sont gluants, baveux, parfois beaux, parfois laids, terrestres ou aquatiques, brefs ils sont variés ! Une diversité qui se retrouve dans leurs modes de vie notamment lors d’une étape clé : la reproduction…  Comment se reproduisent limaces et escargots, de la même façon que la St jacques ou que la pieuvre ?? Nul exposé exhaustif en perspective mais quelques exemples et anecdotes sur « les reproductions » des animaux mous.


lundi 2 septembre 2013

Débourrement !

Plus aucune sève ne coulait dans cette minuscule branche du baobab monstrueux de l’internet. Les feuilles qui ornaient mensuellement ce rameau se flétrissaient. La phyllotaxie jusqu’alors régulière s’achevait sur une dernière feuille qui laissait d’ailleurs présager d’un funeste présage  « où commence la mort ? »…


lundi 29 octobre 2012

Où commence la mort ?

Article publié dans le cadre de la semaine thématique sur la mort organisée par le c@fé des sciences. Retrouvez cet article et tous les autre sur le blog "Thema" du c@fé des sciences.

Plusieurs étapes marquent le début d'une vie: la première inspiration à l'accouchement, ou encore les premiers battements cardiaques seulement 22 jours après la fécondation. Ces mêmes signes vitaux sont, lorsqu'ils disparaissent, l'alarmante annonce d'une vie qui s'en va. C'est par ces deux signes qu'est donc décrite la mort dans nos culture, comme le fait ci bien Chateaubriant dans ses "Mémoires d'outre-tombe" (1848) pour décrire la mort de sa compagne Pauline de Beaumont. Petit extrait...
"Une de mes mains se trouvait appuyée sur son cœur qui touchait à ses légers ossements ; il palpitait avec avidité comme une montre qui dévide sa chaîne brisée. Oh ! moment d’horreur et d’effroi, je le sentis s’arrêter ! Nous inclinâmes sur son oreiller la  femme arrivée au repos ; elle pencha la tête. Quelques boucles de ses cheveux déroulés tombaient sur son front ; ses yeux étaient fermés, la nuit éternelle était descendue. Le médecin présenta un miroir et une lumière à la bouche de l’étrangère ; le miroir ne fut point terni du souffle de la vie et la lumière resta immobile. Tout était fini. "
[ Chateaubriant avec sa compagne Pauline de Beaumont à la fin de sa vie en Italie. Son état n'était pas billant dirons certains, elle meurt à 35 ans d'une forme de tuberculose. ]

Cependant la science a récemment crée un fossé important entre ces signes vitaux admis comme tels dans nos cultures, et la mort légale ou médicale en créant notamment l'état artificiel de mort cérébrale.  Ainsi une personne qui ne respire plus n'est pas forcément morte, de même qu'une personne en arrêt cardiaque n'est pas considérée comme morte (Un grand merci aux défibrillateurs !). A l'inverse l'absence irréversible d'activité cérébrale constitue le critère médico-légal de la mort pour l'OMS et ce bien que le battement cardiaque et la respiration puissent être maintenus.

lundi 15 octobre 2012

Des lucioles dans la nuit

Avez-vous vu "le tombeau des lucioles" (Studio Ghibli - 1988) ? C'est un film magnifique mais terriblement triste (préparez vos mouchoirs si vous pleurez facilement). Le titre fait référence à l'abri désaffecté que rejoignent les deux enfants japonnais livrés à eux même en pleine fin de seconde guerre mondiale, et qui, la nuit est illuminé par des milliers de lucioles.   

mardi 11 septembre 2012

Fables scientifiques de D.Cunningham

Pour me réconforter de la rentrée qui approche en montrant les dents, je suis allé dans mon magasin de Bd préféré. Parmi mes séries habituelles, j'ai trouvé un ouvrage fort sympathique: "Fables scientifiques"  de Darryl Cunningham aux éditions "ça et là" (En fait je l'avais déjà bien repéré). 



Cette BD parle, au départ en tout cas, des mythes pseudo-scientifiques tel que l'homéopathie, les vaccins causant l'autisme, ou encore la négation du réchauffement climatique ou de l'évolution (6 chapitres et 158 pages au total). L'approche est anglo-saxonne, elle se base sur des faits et déconstruit rapidement et sans fioritures, les arguments non-scientifiques utilisés par certains, souvent dans leur propre intérêt. Toujours très factuel à la manière d'un reportage en BD, l'ouvrage présente un côté par ailleurs très militant, utilisant les ressorts de l'humour ou de l'émotion pour charmer le lecteur. Cela passe notamment par l'illustration qui peut paraitre anecdotique, ou très sobre (souvent une case sans dialogue, avec une voix off en cartouche), mais qui mine de rien fait son petit effet, et permet de donner un visages aux protagonistes réels ou fictifs de l'histoire. Ajoutons que Darryl Cunningham est un blogueur qui, s'il n'est pas spécialiste des domaines qu'il aborde propose des sources très précises pour chacun des chapitres. 
Globalement cette première partie m'a déjà bien plu, même si le chapitre sur l'évolution m'a semblé plus brouillon que les autres, et même si je ne me suis pas senti très concerné par la chiropraxie. Mais jusque là rien d'extraordinaire ou de vraiment nouveau pour moi, déjà largement convaincu par le discours (cf. mon billet sur l'homéopathie).