mercredi 1 septembre 2010

Remarquables Cephalopodes

La coupe du monde de football a eu deux mérites : mettre en évidence l’incompétence de l’équipe de France, et mettre en évidence les capacités d’un groupe remarquable : les céphalopodes dont le plus éminent représentant  « Paul le Poulpe » a présenté des capacités parapsychiques proches de la divination. En effet Paul le poulpe a prédit l’équipe gagnante pour les matchs de l’Allemagne avec un pourcentage de réussite remarquable (près de 90%). Remarquons au passage que le pourcentage de réussite sur un tirage est déjà de 50%, finalement Paul n’a fait que gagner  à pile ou face plusieurs fois de suite ! Pour ceux qui seraient intéressés par la procédure voyez la vidéo en bas d’article. Une telle performance mérite un examen approfondi de ces céphalopodes aux caractéristiques biologiques fascinantes…

 [Planche du celèbre biologiste Ernst Haeckel concernant les céphalopodes]


Le pied dans la tête…
Les céphalopodes sont des mollusques dont le pied, masse musculeuse servant à la locomotion, migre en avant de la tête, d’où le nom du groupe : céphalopode : « pied dans la tête ». On compte 730 espèces de céphalopodes divisées en deux groupes, les tétrabranches (nautiles : proches des ammonites fossiles à coquille externe) et les dibranches dont les décapodes (10 tentacules : seiches et calmars) et les octopodes (pieuvres ou poulpes et argonautes). Ils se repartissent sur l’ensemble des mers du globe exceptée la mer noire et vivent à  de grandes profondeurs. Le plus gros spécimen jamais observé est un calmar géant (genre Archtiteuthis)  de plus de 20m tentacules compris soit le plus imposant de tous les « invertébrés »!

[Un calamar géant - "Pour la Science" a consacré son dossier du mois d'Août sur ces montres marins]



Des structures anatomiques convergentes avec celles des vertébrés.
Les céphalopodes possèdent un certains nombre de structures convergentes avec celles des vertébrés qui ont fait dire aux zoologistes finalistes que ces animaux étaient « particulièrement évolués ».  En effet le système nerveux habituellement ganglionnaire est ici extrêmement centralisé et forme un « cerveau » enfermé dans une capsule cartilagineuse, équivalente à la boîte crânienne des craniates. Le système circulatoire ouvert chez les autres mollusques est ici clos et comporte un cœur. Enfin l’œil présente une très forte convergence avec celui des vertébrés on y retrouve en effet  des paupières, une cornée, un iris, un cristallin et une rétine laquelle est directe contrairement à celle des vertébrés qui est inversée. (voir le schéma de comparaison)
[L’œil à rétine inversée des vertébrés et l’œil à rétine directe des céphalopodes]


Des prédateurs rusés.
Les céphalopodes sont des prédateurs qui chassent à l’affût, ils se camouflent en prenant la couleur du fond (cryptisme - Voir l'article) grâce à des cellules pigmentées : les chromatophores. Les tentacules capturent et amènent les proies à la bouche, laquelle est équipée « de série » de deux mâchoires squelettiques formant le « bec de perroquet » capable de briser les coquilles et carapaces de la plupart des proies. Enfin lorsqu’ils sont menacés, les céphalopodes émettent de l’encre, des grains de pigment noirs, sécrétés par la poche du noir. Cette encre entre toujours dans la fabrication de l’encre de chine, ou sépia (le nom de genre de la seiche est sepia).
[Seiche émettant un nuage d’encre par l’entonnoir. Noter également à droite, la couleur cryptique de l’épiderme.]
Par ailleurs le système nerveux central permet aux céphalopodes de développer des comportements remarquables en matière de vie sociale ou de techniques de chasse. Ainsi si l’on place dans l’aquarium d’un poulpe (Paul ou un autre) un crabe enfermé dans un bocal,  il apprend en une trentaine d’essais à ôter le bouchon pour saisir sa proie. De la même façon des expériences plus complexes ont démontré les facultés de mémorisation, d’apprentissage et d’orientation de ces mollusques. De là à dire que Paul possède un réel talent il n’y a qu’un pas … que je ne franchirai pas !


Un groupe d’intérêt pour l’homme.
Terminons en notant que les céphalopodes sont un groupe d’intérêt pour l’homme, aussi bien dans le domaine culinaire, où les fricassées d’encornets contentent nos estomacs, que dans le domaine scientifique, où les ammonites constituent un fossile stratigraphique d’une valeur inestimable ainsi qu’un témoin de l’évolution.

[Vidéo : Paul le poulpe à l’œuvre sous le crépitement des flashs.]

[Retour à l'accueil]

5 commentaires:

Nicobola a dit…

Il me semble que la "condition tétrabranchiale" est plésiomorphe et que même si on ne sait pas si les Ammonites étaient des tétrabranchiaux on les considère aujourd'hui plus proche des dibranchiaux que des nautiles. En effet, la forme enroulée de la coquille ne serait qu'une convergence, d'ailleurs la structure est très différente (position du siphon, orientation des loges, on voit mal comment passer d'une structure à l'autre). En tout cas ces animaux méritent un grand intérêt et les gens penseront d'abord au dauphin en parlant d'animaux "intelligents". Puis il est très amusant de taquiner une pieuvre et la voir changer de couleur. Malheureusement les gens n'apprécient pas les mollusques qui sont pourtant formidables...

JPC a dit…

AVIS de DECES:

En ce jour du 26 octobre 2010, nous avons appris le départ de Paul le poulpe, pour un monde meilleur. C'était un grand poulpe, un poulpe de talent, âgé de 2 ans et quelque mois, il s'en est allé pendant la nuit, sans souffrances. Que son âme de pronostiqueur footbalistique, repose en paix.

à lire l'amusant article du Monde (avec vidéo):
http://www.lemonde.fr/sport/article/2010/10/26/paul-le-poulpe-star-de-la-coupe-du-monde-de-football-est-mort_1431477_3242.html#xtor=RSS-3208

(Cette info a fait l'objet d'une brève au JT de France2 ... merci de le service public !)

Anonyme a dit…

Cher M. Colin,
Déjà je vous félicite pour ce blog!!!! Même si je suis très souvent sur internet, je n'avais jamais rencontré un blog comme celui-ci. Bien écrit, belles images, compréhensible même pour des gens comme moi qui ont de la difficultés à lire des textes scientifiques ( ce n'est pas une critique pour ceux qui comprennent ces textes bien sûr!!)... Bref donc, j'aurai une question: auriez-vous un site ou blog à me conseiller qui explique précisement à quoi ressemble la bouche d'un calmar??? Bien sur si vous n' avez pas le temps ou que vous n'avez tout simplement pas envie ce n'est pas grave du tout!!!! Merci quand même de vous donnez tant de peine pour expliquer des sujets parfois très compliqués aux autres... P.S.: Vraiment navrée, mon orthographe n'est pas parfaite...

JPC a dit…

Quelques liens :
Wikipédia bien sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Calmar
Et sur ce site une vidéo de dissection d'un calmar avec la région buccale:
http://bioanimale-video.univ-lille1.fr/co/calmar_s5.html

Je peux pour ma part vous préciser que la bouche s'ouvre au niveau d'un "bulbe buccal" qui contient une mâchoire chitineuse très dure en forme de bec de perroquet. En arrière se trouve un système spécifique des mollusques: la Radula. C'est une sorte de tapis roulant bardé de petites denticules qui va en quelque sorte rapper les aliments prédécoupé par le bec.

Anonyme a dit…

Bonjour
sur le site du muséum Victoria en Australie, la dissection en public d'un calmar géant :
http://museumvictoria.com.au/about/mv-news/2008/giant-squid-public-dissection-at-melbourne-museum/

Enregistrer un commentaire