vendredi 11 novembre 2011

Mendel et le syndrome du 11/11/11


En tant que voyant extralucide je peux prédire que vous allez vous casser la jambe ce vendredi 11/11/11 à 11H. Bien sûr je ne vous le souhaite pas, mais je peux faire cette prédiction, et si elle se produit vous serez j'en suis sûr convaincu de mon pouvoir surnaturel !


Mes pouvoirs sont EnoOormes !!
Statistiquement, j'ai même de fortes chances de voir se produire un tel événement à l'échelle des 7 milliards d'humains que nous sommes. (Certes, je suis loin des 7 milliards de lecteurs réguliers, mais il faut savoir être ambitieux). Si l'on se place de votre point vue de victime, la probabilité qu'un tel accident se produise était faible, ainsi la précision de ma prédiction associée à l'émotion occasionnée par le traumatisme, fera peut-être vaciller votre raison pour laisser place à l'irrationnel voir à la bêtise !



Persuadé de l'existence de mes pouvoirs vous payerez peut-être une petite somme pour obtenir de nouvelles prédictions qui cette fois seront floues et avec une probabilité importante de se produire. Exemple: "D'ici une semaine vous rencontrerez une personne rayonnante (énergie cosmique bien sur) qui changera votre vie !" Si votre ramollissement cérébral persiste pendant la semaine qui suit vous rentrez alors dans une erreur classique : Le biais de confirmation d'hypothèse...

Autrement dit vous allez systématiquement mémoriser, et interpréter, voir provoquer des rencontres confirmant la prédiction ou l'hypothèse. Nous sommes tous plus ou moins victimes de ce biais, car envisager l'erreur n'est pas une perspective rassurante, ainsi nous cherchons toujours à confirmer nos opinions. Les créationnistes ne cherchent sur Google que des sites créationnistes qui leur donnent raison... 


Le TOC des numérologistes et des scientifiques ?
Les numérologistes sont des accros inconditionnels du biais de confirmation d'hypothèse. Chez eux c'est un vrai TOC ! Il leur faut chercher tout ce qui pourrait confirmer la particularité de certains nombres tel que 666 ou encore le 11/11... Le 11 septembre par exemple a eu droit à toutes les opérations mathématiques possibles et imaginables pour produire un message (voir le lien pour des exemples). Il en va de même avec le 11 novembre ! Par exemple saviez vous que le 11/11/11 se produit 33966 jours après l'armistice du 11 novembre 1918 signé à 11 heures. Or 33966 est un multiple de 666 (51*666, Aha !). Par conséquence, nous pouvons en déduire que cette date est évidemment diabolique (même si une armistice est un acte de paix) CQFD.

Ça ne s'arrête pas là! Car le biais de confirmation d'hypothèse touche aussi les scientifiques trop enthousiastes. En effet un 11 novembre de l'année 1856 (5+6 = 11) à 11H, le moine autrichien Gregor Mendel compte pour la première fois la descendance de pieds de petits poids hybrides. Il tente alors d'établir les règles de l'hérédité ou "lois de Mendel", qui ont traumatisé tant de générations d'étudiants (une œuvre du malin donc). Sauf que voilà, Mendel compte mal. Les résultats qu'il publie en 1865 (6 + 5 = 11) dans "Recherches sur des hybrides végétaux" sont trop parfaits pour être vrais. C'est le statisticien Ronald Fisher qui le prouve en 1936 (3+6 = ah bah non ça marche pas)  avec un test tout simple du X². Consciemment ou pas, Mendel a donc truqué ses résultats pour qu'ils soit parfaits et correspondent au résultat attendu. Influence du "démon de la fraude scientifique" ou pas, heureusement pour sa postérité il avait raison...

[Illustration de Jul à retrouvez sur son blog: http://www.forzapedro.com/ et sur Strip Science ]
[ Merci à lui ! ]

Pour se prémunir de cette tendance malsaine à valider l'hypothèse dont le chercheur a l'intuition, il existe cependant des parades: l'expérimentation en double aveugle en est une utilisée en médecine. Pour éviter que le patient se persuade qu'il est soigné par le médicament testé, il ignore s'il a à faire à un placebo ou à un véritable médicament, il est le premier aveugle. Quand au médecin qui suit ce patient, il ignore également le traitement du patient (placebo ou médicament), c'est le deuxième aveugle. Au final une petite validation statistique départage le placebo du médicament et s'il n'y a pas de différence, alors le médicament n'est qu'une poudre de perlin pinpin. Ce qui ne l'empêche pas de se vendre (on appelle ça l'homéopathie), vous me direz c'est toujours mieux que du médiator...
 

Une seule solution ... La révolution !
Terminons par une petite conclusion épistémologique. Thomas Kuhn, dans sa théorie des révolutions scientifiques (1962) pense que ce biais de confirmation est récurent en période de "science normale". Ainsi lorsqu'un paradigme est établi, les scientifiques vont chercher à le conforter et à l'affiner plutôt que de le remettre en cause et d'avoir l'air ringard. Ce n'est que lorsqu'un certain nombre d'anomalies s'accumulent, et surtout, que lorsqu'un nouveau paradigme est proposé, que l'ancienne théorie est rejetée en bloc pour une courte période de "science révolutionnaire". On repart alors pour une période de science "normale" jusqu'à la prochaine révolution.

Alors quoi ? La science dit-elle la vérité de façon objective grâce à une méthodologie rigoureuse ? Ou confirme-t-elle  en permanence l'idée majoritaire comme un pur produit social ? A vous de choisir...

Bonne guérison pour votre jambe...


PS: la date et l'heure de parution de cet article ne sont pas une coïncidence !

[Retour à l'accueil]

5 commentaires:

Xochipilli a dit…

Excellent! J'espère qu'il était 11H11min et 11 secondes quand tu as publié ton billet pour décupler sa valeur prophétique!

Concernant le biais de confirmation chez les scientifiques, Jonah Lehrer a écrit un excellent article dans le New Yorker où il raconte comment un scientifique (J Schooler) voit s'amoindrir la validité de sa théorie de psychologie expérimentale à mesure qu'il refait des expérimentations pour la confirmer, des années plus tard. Mais même en sciences dures, il semble que le cas de Mendel soit plutôt la règle que l'exception (voir le très bon billet d'Enro sur le sujet): Pasteur lui-même s'est semble-t-il un peu arrangé avec ses résultats expérimentaux pour en finir avec la théorie de la génération spontanée (c'est ici)!

JPC a dit…

Effectivement j'ai essayé de viser les 11 secondes !

Bon billet d'Enro, je pense aussi que la méthodologie scientifique n'est là que pour le principe.
Dans la réalité tout le monde veut publier un résultat et ce résultat il faut l'obtenir coute que coute, quel que soit le moyen employé parfois. Le texte ad'hoc est ensuite rajouté pour enrober ce résultat.
Les domaines de recherches sont aujourd'hui si précis que la démarche d'investigation scientifique est peut-être inefficace pour produire des résultats, en comparaison de la créativité et du bidouillage par essai-erreur...?

Enfin j'exagère un peu, la plupart des gens font un boulot très sérieux au final, mais juste d'une façon différente que ce que l'on imagine au départ.

Vincent a dit…

Très bon article !

En tout cas je ne me suis pas cassé la jambe ;)

Pour en revenir sur Mendel, j'ai écris un petit article quasiment 66h avant le votre (le démon est-il là ? ;) ) sur la "fraude" du père de la génétique : http://dessousdescience.blogspot.com/2011/11/mendel-imposture-du-genie-ou-genie-de.html

Une des hypothèse sur sa modification serait que les jardiniers, peut-être par fainéantise, et dans le secret de l'hypothèse de Mendel, auraient mangé quelques petits pois pour éviter de passer encore de longs mois à cultiver ce maudit légume...

Je vous invite également à lire le livre de Michel de Pracontal : "L'imposture scientifique en 10 leçons"

Vincent

JPC a dit…

66h et 6 minutes ? C'est pas un hasard c'est clair !

Merci pour le lien et votre billet que je n'avait pas lu avant de rédiger le mien dans l'urgence le 10/11...

J'ai eu pas mal de commentaires (sur Knowtex) et de lectures depuis la rédaction de l'article qui visent à disculper ce bon vieux Gregor, pour faire porter le chapeau à ses petites mains: jardiniers fainéants, enfants de cœur que sais-je encore...

Anonyme a dit…

Sur le biais de confirmation d'hypothèse et la numérologie, Umberto Ecco y a consacré un des derniers chapitres du Pendule de Foucault, et c'est assez magnifique (si je me souviens bien, il fait la démonstration d'un complot mondial à partir du diamètre des lampadaires à Paris)

Enregistrer un commentaire