mardi 10 août 2010

La classification phylogénétique en résumé.

La biologie animale fut révolutionnée au cours des 30 dernières années par l’application de la méthode de classification de Willi Hennig : la cladistique formalisée dès 1950, et qui propose de créer des groupes comportant un ancêtre commun et la totalité de ses descendants. De sorte que le concept darwinien de descendance avec modification se trouve pour la premières fois complètement  et rigoureusement exploité. Mais avant de revenir sur ces principes de classification revenons sur la démarche du classificateur et sur l’objectif d’une classification pertinente.

[Arbre phylogénétique du vivant produit de la méthode cladistique de Hennig, représentation circulaire.]

Pourquoi classer ?


Pour savoir comment classer il convient de bien définir le pourquoi de la classification. Ainsi si le disquaire classe les genres musicaux, c’est dans le but de permettre à l’amateur de trouver facilement la musique qu’il aime. Classifier ce n’est pas trier (fait de séparer un ensemble en deux groupes par exemple rock / non rock, vertèbres / pas de vertèbres). Le tri permet de réaliser des clés de détermination, mais pas de réaliser des regroupements, il n’y pas d’amateur de « non-rock ». Classifier ce n’est pas ordonner (fait de ranger les éléments d’un groupe selon une variable continue : par exemple par ordre de taille croissante) ; imaginez la Fnac avec tous les CD mélangés classés par ordre alphabétique. NON, Classer c’est réaliser des groupes de proximité entre différents éléments.  En effet l’intérêt d'une classification est de rendre intelligible (compréhensible) la diversité d’une collection, qu’il s’agisse d’espèces ou de disques. 
Willi Hennig (1913-1976)

Comment classer ?

Pour classer on doit donc répondre à la question "qui est plus proche de qui?", cette relation de proximité des espèces (phylogénie) est à distinguer des relations de descendance (généalogie). En effet il est impossible de répondre à la question qui descend de qui, à moins qu’il existe un registre d’état civil du vivant datant de 3 Milliard d’années caché dans une jungle amazonienne…

On va donc classer les espèces en fonction des caractéristiques qu’elles partagent, en partant du principe que les espèces les plus proches sont celles qui partagent le plus de caractéristiques communes. Chaque innovation évolutive permet donc de regrouper ensemble des espèces et de former un groupe dit monophylétique qui comprend un ancêtre hypothétique (le premier à présenter cette innovation) et tous ses descendants. De cette façon, on réalise des groupes cohérent au regard de l’évolution.


La classification phylogénétique

En résumé pour classer un échantillon d’espèces quatre étapes s’imposent :  1- Recenser les caractères homologues. 2- Polariser les caractères à l’aide d’un extra-groupe, c’est à dire déterminer quels sont les caractères ancestraux et les caractères dérivés. 3- Placer sur des arbres l’ensemble des transformations évolutives.  4-Choisi l’arbre le plus parcimonieux, c’est  dire celui qui présente le moins d’hypothèses de transformation.

[Exemple de construction d’arbre phylogénétique:]
-Matrice des caractères (1: indique l'état dérivé, 0 l'état primitif du caractère
-Arbres possibles, avec cette matrice, seul le plus parcimonieux est retenu

Plus le nombre d’espèces importants plus le nombre d’arbres à explorer est grand, et sans informatique cette méthode cladistique est impossible à réaliser, c’est pourquoi bien que Hennig ait formalisé la procédure dès les années 50 il a fallu attendre encore 30 à 40ans pour que celle-ci soit appliquée, et il faudra encore attendre quelques années pour voir totalement disparaître la classification traditionnelle dite éclectique.

Article wikipédia

[Retour à l'accueil]

6 commentaires:

la géologie en mouvement a dit…

bonjour, j'èspère que vous lireez ce commentaire car je ne trouve pas d'aute moyende vous contacter.
Je suis prof de svt et nous organisons une expo dans la cadre le la fête de la science "evolution des outils pédagogiques dans l'enseignement des sciences"
4 thèmes sent abordés : observer, mesurer , classer , modéliser.
Dans la catégorie "classer" une approche de la classification phylogénétique est faite et je trouve que votre article sur ce thème très bien fait, compréhensible et court... je vous demande donc si je peux l'utiliser en commentaire d'une image d'arbre phylogénétique du vivant?

mon adresse est la suivante svtsaintjust@gmail.com

Nicobola a dit…

Un grand merci à Willi Hennig! Ce que je trouve remarquable c'est que dans tout ce raisonnement, l'appel à la théorie de l'évolution est superflu! Ce qui n'est pas sans être la source de beaucoup de débats. Une classification évolutive sans faire appel à la théorie de l'évolution? En même temps si on fait appel à l'évolution pour expliquer l'évolution... Malheureusement la cladistique est difficile a bien comprendre. Cet article en tout cas est très bien expliqué, particulièrement la distinction entre ordonner, trier et classer!

Bibouxi a dit…

Je ne dirai plus : " l'homme descend du singe " mais " l'homme et le singe ont un ancêtre commun" ;)

Nicobola a dit…

Je préfère encore dire "l'homme descend du singe" que dire "l'homme et le singe ont un ancêtre commun". En fait il faudrait simplement dire "l'homme est un singe". Si tu disais "la poule descend de l'oiseau" ou "la poule et l'oiseau on un ancêtre commun" ça sonnerait bizarre non ? Tu préférerais probablement "La poule est un oiseau". Pour l'homme et le singe c'est pareil :)

JPC a dit…

Je pense que par singe, on sous-entend non pas un groupe mais une espèce voire un individu. Les gens naturellement s'attachent à l'aspect concret du chimpanzé qu'ils désignent comme singe, alors que c'est un groupe...

Bref l'Homme et et le chimpanzé ont un ancêtre commun dont on peut dire qu'il est un singe. Conclusion l'Homme est un singe, et descend bien d'un singe !

Nicobola a dit…

Ha mais "l'homme descend d'un singe" et "l'homme descend du singe" ce n'est pas la même chose, la première est déjà plus correcte :) Ceci dit ça sonne comme "la poule descend d'un oiseau", ce qui est vrai mais sonne quand même étrange, du moins pour moi ^^ Mais je pense qu'effectivement les gens utilisent le sous entendu que tu soulèves.

Enregistrer un commentaire