samedi 10 septembre 2011

Les 704 bourre-pifs d’Astérix et Obélix


"Nous sommes en 2011 après Jésus-Christ. Toute la Science est occupée par des gens sérieux... Toute? Non! Un petit groupe d'irréductibles plaisantins résiste encore et toujours à l'envahisseur. 
Il ne s’agit pas vraiment d’Astérix, il ne s’agit pas vraiment de science, mais de la rencontre singulière de ces deux mondes. Puisque nous nous intéresserons à une publication du très sérieux journal scientifique « Acta Neurochirurgica » (impact factor 1,47) qui a publié cet article remarquable :
Traumatic brain injuries in illustrated literature: experience from a series of over 700 head injuries in the Asterix comic books” Marcel A. Kamp et al.
Les auteurs proposent ici une revue complète des quelques 704 blessures à la tête recensée dans les 34 albums de la célèbre série gauloise de Goscinny  et Uderzo : Astérix le gaulois. Ainsi après une lecture attentive, ils livrent leurs conclusions sur les troubles observés, et les causes ou les facteurs corrélés à ces différents troubles… Des résultats marquants  !




Origine ethnique des victimes et des responsables
Premier constat, les victimes de blessures à la tête sont surtout des romains, avec 450 cas (64%) ; de façon plus surprenante viennent ensuite les gaulois 120 cas (pensons tout de même que les problèmes d’approvisionnement en poissons frais sont fréquents et la cause d’importants troubles à l’ordre publique), enfin les pirates sur la troisième marche du podium payent un tribu plus modeste avec 21 cas. Les blessures infligées aux bardes professionnels ne sont pas comptabilisées, en revanche il est à noter 4 cas de blessures infligées à des extra-terrestres. Seules 6 femmes sont blessées à la tête ce qui semble assez faible étant donné le contexte géopolitiquement agité de la gaule en cette période.
Les responsables de ces violences sont les gaulois dans 87% des cas et à eux seules Astérix et Obélix sont à l’origine de 406 blessures à la tête (soit 12 par album en moyenne).


Autres facteurs corrélés à de sérieux traumatismes crâniens…
D’autres facteurs sont corrélés de façon importante à ces blessures, ainsi dans 70% des cas les victimes portant un casque cependant celui-ci est perdu par la victime dans près de 90% des cas (87% exactement). Ainsi malgré les efforts de prévention réalisés par les romains le manque d’ergonomie des casques employés à cette époque se fait cruellement sentir.
Le second facteur déterminant est l’utilisation par le responsable d’un « doping agent » comme le désigne l’article mieux connu sous le nom de potion magique, qui concerne 83,5% des cas. L’article déplore la méconnaissance de cette substance dont on sait seulement qu’elle contient du gui… (Malheureusement Panoramix n’a délivré son savoir qu’au cours de symposium druidiques non édités en version parchemin).


Quelles sont les conséquences de ces nombreuses blessures ?
Tout d’abord on observe fréquemment une parésie (paralysie partielle) des muscles innervés par le nerf hypoglosse (26% des cas), le résultat typique étant un étirement de la langue qui pendouille lamentablement sur le coté… Des ecchymoses péri-orbitales ou "yeux au beurre noir" ("racoon eyes" en anglais) sont observés dans 51% des cas enfin le trouble le plus fréquent est une perte partielle ou totale de conscience dans 55% des cas.
A part quelques amnésies et aphasies sporadiques aucunes séquelles neurologiques graves et aucun décès ne sont relevés dans les 34 albums. Toutefois l’absence de suivi des blessés sur le long terme est une lacune importante… Sans doute faut-il voir derrière cette absence de suivi, et de décès, une façon de rendre la violence gauloise acceptable !

 Voilà donc les conclusions de cet article co-signé par 5 chercheurs du département de neurologie de l’université de Dusseldorf. Grâce à eux nous parlons un peu plus de leur travail, de leur laboratoire du journal où ils publient (Acta-Neurochirurgica), mais aussi d’Astérix, des traumas crâniens et de l’importance de porter un bon casque !
Voilà, je laisse maintenant aux anesthésistes tintinophiles le soin de répertorier le nombre d'endormissement au chloroforme dans les 24 albums d'Hergé... Quand aux amateurs de lucky-luke ils peuvent compter le nombre de coups de feu tirés par le cowboy solitaire.

Merci à Michael Ziegert le post-doc "germain" du labo, qui proche des tribus gauloises m’a transmis cet article ! Et pardon pour la réaction un peu tardive sur le sujet qui a déjà fait le tour du web ... Ayant écrit l'article pendant les vacances j'ai quand même voulu le poster ! Nah !

Pour télécharger la publication : http://www.springerlink.com/content/x161246067q0h638/
Pour tout savoir sur Astérix :  http://www.asterix.com/index.html.fr

[Retour à l'accueil]

3 commentaires:

Nicobola a dit…

Haha c'est génial ! J'aime beaucoup quand les scientifiques se prennent un peu moins au sérieux ^^

JPC a dit…

Il semble qu'Asterix et ses bourre-pifs ne fasse pas rire tout le monde en fait :
http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2011/09/22/gauloiseries-asterix-est-il-fasciste-michel-serres-lance-un-debat-de-chercheurs/

.. les grognons ...

JPC a dit…

Ce billet en lien sur le site de RFI (cool ! ): http://www.rfi.fr/emission/20120229-1-accents-europe-2012-02-29

Enregistrer un commentaire