dimanche 6 mai 2012

Après le vote utile, le vote subtil ?


Sujet d'actualité et de société, la question du "comment bien voter ?" a émergé dans la presse et sur de nombreux sites web ces dernières semaines. J'arrive un peu tard sur la question et je m'excuse d'avance de la possible redondance de mes propos avec ceux de certains blogueurs amis et très talentueux que je vous conseille vivement d'aller lire. Voici donc une petite revue (de Web) sur le sujet...






Le paradoxe de Condorcet
Au départ cette question n'est pas posée par les plus grand partis politiques mais par des scientifiques et des sociologues sans doute "titillés" depuis longtemps par la paradoxe de Condorcet. Je vous renvoi immédiatement à l'excellent billet paru sur "Science Etonnante" à ce sujet.
Pour résumer en une phrase, le problème du système de vote uninominal est qu'il n'aboutit pas forcement à l'élection du candidat le plus consensuel. C'est à dire celui préféré par la population dans son ensemble.
Ainsi il est probable que beaucoup d'électeurs ne se retrouvent pas complètement dans le résultat d'une élection, obligés de désigner le moins mauvais, ou de voter "utile" et non par conviction.  Et cela a de nombreuses conséquences sur la vie politique et sociale, notamment le clivage et l'alternance gauche-droite (voir le dossier podcast science à ce sujet), ou encore les votes contestataires en faveur des extrêmes.



Du noir et blanc à la couleur...
Voter pour X, ou pour Y, manque un peu de subtilité, je pense que tout le monde peut s'en rendre compte. Du coup, les penseurs pensent, les chercheurs cherchent, et proposent ! De nombreuses alternatives ont étés testées grandeur nature dans des bureaux de vote ou sur internet. En voici quelques une en vrac:
  • 1) Le vote par approbation: 
    On entoure, sur une liste de candidats, ceux que l'on approuve (sans limitation). Celui qui recueille le plus de "like" gagne l'élection. Une sorte d'applaudimètre géant... testé en  2007 notamment par le centre d'analyses stratégique (qui dépend du 1er ministre) rapport ici.
     [Une application du vote par approbation ? Pollice Verso - 1872 - Tableau de Gérôme ]
  • 2) Le vote par note. 
    Chaque candidat reçoit une note (-2, -1 , 0, 1 ou 2), celui qui obtient la meilleure note est élu. L'avantage de ce système est qu'il permet de "pénaliser" directement  les candidats "extrêmes".  Voir l'excellent site "vote de valeur" qui a testé le dispositif pour ses élections et présente un excellent dossier (Merci à Marie pour le lien, et l'idée de billet !).
  • 3) Le jugement majoritaire. 
    Là encore les candidats reçoivent une appréciation ou une note et on détermine la note la plus souvent obtenue par le candidat (pas la note moyenne... la médiane !). Celui qui a la médiane la plus haute remporte l'élection. Cette méthode a été testée cette année par le site Slate.fr notamment (critique du système actuel ici).

  • 4) Le vote alternatif. 
    Cette méthode est déjà utilisée en Irlande et en Australie et consiste à classer les candidats par ordre de préférence. Le candidat qui obtient majoritairement la première place est élu. Si aucun candidat n'est désigné la méthode se complexifie et l'on élimine progressivement certains bulletins en reportant leurs voies. (En 2011 en Irlande il a ainsi fallu 4 décomptes). Cette méthode est testée en France sur le site: vote au pluriel.org

Voilà pour un premier tour d'horizon, d'autres exemple ou application (notamment à la télé) nous sont donnés par l’équipe de podcast science ici. Bien sur le problème est complexe mais tous les sites proposent beaucoup d'explications très intéressantes sur les points positifs et négatifs de chaque système. Et franchement, alors que je n'envisageais pas que les élections puissent être organisées autrement, après avoir consulté tous ces sites je me rend compte à quel point notre système est mauvais !





Ce vrai changement est-il pour maintenant  ?
Si globalement beaucoup de personnes se disent favorables, ou en tout cas "pas défavorables" à l'un ou l'autre de ces systèmes alternatifs, il y a une catégorie de la population qui ne veut probablement pas en entendre parler... les élus !
Or le problème est que pour modifier le système de vote il faut modifier la constitution ce qui réclame un vote de l'assemblée à la majorité des 2/3... Seulement voilà quand on est élu grâce à un système, pourquoi vouloir le modifier et risquer ainsi un bouleversement de l'échiquier politique.
Bref, le système, mauvais au départ, risque de s'auto-entretenir. (Ceux qui connaissent un peu la théorie des jeux verrons peut-être une analogie avec le fait de jouer "traitre" dès le premier tour au dilemme du prisonnier itéré...)
Plus largement  une modification du système de vote résout-il le problème de la représentativité de quelques  élus? Un homme politique peut-il plaire à tout le monde et pour autant être compétent? Les hommes et femmes qui exercent la politique sont des professionnel.  Le pouvoir, ou plutôt l'accession au pouvoir c'est leur métier ! N'est-ce pas un peu bizarre en soit, que d'être représenté par des professionnels de l'accession au pouvoir ?
 Et si nos représentants étaient tirés au sort ? Après tout lors d'un procès d'assises l'acquittement ou l'emprisonnement à perpétuité d'un suspect est bien décidé par un jury populaire d'une dizaine de personnes tirées au sort ! Pourquoi ne pas imaginer une assemblée de parlementaires tirés au sort ? 577 personnes inscrites sur les listes électorales; tirés au hasard à intervalles réguliers pour exercer la fonction de député; payées 13000€ par mois pour servir aux mieux les intérêts de leurs compatriotes, n'est ce pas là, la vrai démocratie: « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple » disait un certain Abraham Lincoln...

A voir, à lire, à réfléchir et à partager : 



[Retour à l'accueil]

1 commentaires:

Yoann Levrier a dit…

C'est bien vrai tout ce qui est dis... Mais comme vous le dites, ils jouent "traître" dès le début, donc pour subsister il faut continuer. Tant que 60 millions de personnes ne seront pas devant le parlement pour leur dire d'arrêter un peu de profiter des avantages (rien payer et gagner des salaires que je qualifierai d'indécent aux yeux de beaucoup, notamment des miens) en parlant de restriction de budget pour tout le monde, je vois pas pourquoi ils arrêteraient. Pour comparer à la biologie, on citera notamment la sélection naturelle au niveau de l'individu avec le jeu faucon/colombe. En somme tant qu'on jouera colombe et eu faucon rien bougera (J'adore la biologie évolutive transposée en économie et politique, c'est dingue comme l'Homme, soit disant si supérieur, a des comportement si "primitif" et basique... A méditer....)

Enregistrer un commentaire