samedi 19 juin 2010

L'origine des crampes.

"Oh sensation douloureuse d'un muscle qui refuse de se détendre", tel est la poésie que pourraient bien nous conter ces pauvres footballeurs professionnels en cette période de mondial. Quelle idée de courir aussi longtemps après une balle?  Je comprend bien qu'il faille une rémunération attractive pour un tel labeur... Mais la crampe touche également le commun des mortels, qui en effet, n'as pas connu cette sensation désagréable de crispation lors d'un effort prolongé ? Paradoxe remarquable lors d'une crampe, le muscle malgré la fatigue se contracte violemment; examinons la solution de ce problème...


Mécanisme de la contraction musculaire.
La force de contraction d'un muscle est à chercher dans l'infiniment petit, au cœur des cellules musculaires, c'est à ce niveau que l'on trouve en effet des protéines assemblées en filaments : l'actine qui constitue des filaments fins, et la myosine qui constitue des filaments épais. Ces filaments se lient temporairement, coulissent les uns par rapport autres sous l'effet de la rétractation de la myosine et permettent ainsi le raccourcissement de la cellule musculaire et donc du muscle [voir schéma]. Bien sur cette rétractation des filaments de myosine, nécessite de l'énergie qui se trouve sous forme d'ATP.

1: [Les filaments d'actine (en bleu) et de myosine (en rouge) coulissent les uns par rapport aux autres provoquant le raccourcissement du muscle.]

2: [Adenosine Tri-Phosphate: molécule utilisé pour toutes les réactions biochimiques nécessitant de l'énergie, elle est constitué d'adénine de ribose et de trois groupes phosphates]

La crampe...

Lorsqu'un signal nerveux arrive jusqu'au muscle, la cellule musculaire libère massivement du calcium qu'elle stocke au repos dans une sorte de citerne (le réticulum sarcoplasmique). C'est le signal de départ de la contraction, les filaments de myosines étendu viennent alors se fixer sur les filaments d'actine, avant de se rétracter ce qui entraine le raccourcissement.

Lors d'un effort le muscle doit produire de l'ATP rapidement, une des façons de la faire consiste alors à "fermenter" une molécule de glucose, c'est la fermentation lactique. Ce procédé est favorisé pour les efforts courts et intense ou lorsque la quantité de dioxygène disponible est faible. Mais le problème c'est que cette fermentation produit des déchets, et un en particulier l'acide lactique. Or qui dit acide, dit modification du pH, ce que la cellule musculaire n'apprécie pas vraiment. Ainsi pour éviter cette modification, les courants d'ions de la cellule vont être modifiés et du calcium peut alors être libéré dans la cellule. Ni une, ni deux, sous l'effet de ce signal calcique, les filaments d'actine et de myosine se lient, et il y a contraction: C'est la crampe.
Notons au passage que ces modifications des courants ioniques peuvent-être influencées par différents facteurs tels que la température, l'alimentation, ou encore la déshydratation...

La solution ? 
Pas de remède miracle, il faut juste bien préparer son corps à l'effort et surtout bien s'hydrater afin de favoriser l'élimination de l'acide lactique d'une part, et d'assurer la disponibilité importante d'ions (ou sels minéraux) malgré la transpiration d'autre part. Enfin on notera que l'acide lactique est également responsable des courbatures, raison de plus pour bien s'hydrater...

2 commentaires:

Bibouxi a dit…

et solution sur le moment : essayer d activer un muscle antagoniste pour stopper la crampe!

Claudie a dit…

et au repos, la nuit, c'est quoi la cause?
longtemps que ça ne m'est pas arrivé mais c'est extrêmement paniquant (mollet, et je sais faire, mais parfois langue, et là...)

Enregistrer un commentaire