mardi 31 mai 2011

Comment mange un oursin ?

Les oursins sont des échinodermes, et l’étymologie nous le confirme ; « échinos » signifiant épine, et « derme » la peau. Plus surprenant les étoiles de mer sont également des échinodermes ainsi que les étonnants concombres de mer (ou holothuries) ou encore les crinoïdes dont les restes fossiles constituent une bonne partie des calcaires à entroques. Voilà pour un portrait rapide de la famille, chaque membre méritant bien sur un article à lui tout seul.
Venons-en à la question du jour, qui ne vous a peut être jamais traversé l’esprit : Comment mange un oursin ? Et accessoirement que mange-t-il ? Laissez-moi éclairer vos lanternes !



La réponse a cette question est connue depuis l’antiquité et nous est parvenue via le wikipédia de l’époque : Pline l’ancien et son « Histoire naturelle » en 37 volumes ! (A ne pas confondre avec son neveu, Pline le jeune qui fit le récit de l’éruption du Vésuve). Il mentionne concernant les oursins, une mâchoire particulière : la lanterne d’Aristote. Apparemment la description initiale est donc faite par Aristote quelques siècles plus tôt…


La lanterne d’Aristote, où les autres dents de la mer…

Voici donc la lanterne d’Aristote

 Elle est constituée de 5 pièces ajourées qui évoquent la forme d’une lanterne donc, et dont chacune se termine par une dent en calcaire dure et à croissance continue : l’extrémité s’use et s’affute en biseau au fur et à mesure que la dent s’allonge. Des fibres conjonctive ainsi que de nombreux muscles maintiennent et actionnent l’appareil sur la face oral de l’oursin (la face inférieur contre le substrat où se situe la bouche).  Ainsi  les 5 pièces indépendantes s’agencent entre elles pour former un organe préhensile, et broyeur. 

Mais jugez plutôt de l’efficacité dans cette petite séquence vidéo…




Régime alimentaire.
Les oursins du littoral sont donc des brouteurs d’algues qui peuvent littéralement  ravager les forêts/prairies sous-marines. Les espèces vivant à des profondeurs plus importantes sont elles plutôt omnivores et parcourent les fonds en les « rongeant » avalant ainsi de petits animaux, des algues mais aussi pas mal des grains de sables… Hum



Autres remarques en vrac :
  • Une part non négligeable de l’alimentation se fait par diffusion au niveau de la peau (on utilise le terme de tégument). (Travail de E. Péquinat: 'Skin digestion' and epidermal absorption in irregular and regular urchins ...) 
  • Les pédicellaires, de petits organes fixés entre les piquants fonctionnant à la manière de pinces à sucre participent également à la prise alimentaire, tout en permettant de nettoyer le tégument des oursins. Nous verrons le cas des podia avec les étoiles de mer.
  • La forme de la lanterne d’Aristote varie selon l’espèce considérée et sont donc un bon critère de classification valable aussi bien pour les espèces fossiles que pour les espèces actuelles. Plus d'infos ici
[ Face buccal de l'oursin fossile Plagiobrissus imbricatus avec la lanterne d'Aristote bien visible ]
___________________

PS: Le blog connait des petits soucis avec l’incrustation du formulaire de commentaires qui est du coup en pop-up...

[Retour à l'accueil]

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire